"Réparer les vivants" de Katell Quillévéré. (Copyright Mars Films/ Allociné)

Hasard ou non, le calendrier a parfois des échos singuliers : sorti le jour de la Toussaint, le troisième film de la française Katell Quillévéré, "Réparer les vivants" traite précisément du deuil, de la mort, mais surtout de la vie, qui, elle, ne s’arrête pas, continue dans un ballet humain régénérant.

Deux endroits, deux familles, deux destins

Avec "Réparer les vivants", la cinéaste poursuit un numéro d’équilibriste gracile entamé avec "Un poison violent", qui lui avait valu le prix Jean Vigo, de quoi bien entamer une carrière qu’on devinait déjà prometteuse. Car la réalisatrice aime filmer l’entre-deux, le passage d’un état à un autre, elle fait de ses films des traversées pudiques d’existences, avec ses choix, ses erreurs et ses espoirs.

Anna, l’adolescente de son premier film, se voyait changer en l’espace d’un été tandis que la Suzanne, de son deuxième film éponyme, éprise de liberté, naviguait entre eaux calmes et agités, à la merci de la bascule. La jeunesse est encore le point de départ de "Réparer les vivants" et le personnage en état transitoire s’appelle Simon. Ce passionné de surf dompte les vagues avec toute la fougue de son âge. C’est de la route que viendra le danger, fatigués par leurs exploits, Simon et ses amis rentrent chez eux mais n’y arriveront jamais.

L’accident qu’ils ont laisse le jeune surfeur en état de mort cérébrale : les parents désemparés doivent alors prendre une décision capitale et difficile, accepter ou non le don d’organes. Car ailleurs en France, une femme, malade du cœur, meurt à petit feu, à moins qu’un donneur puisse être trouvé…

Deux endroits, deux familles, deux destins. Katell Quillévéré trouve dans le livre à l’origine du film les éléments qui animent son cinéma. Écrit par Maylis de Kerangal, l’ouvrage a reçu de nombreux prix et a surtout conquis un public de lecteurs, émus par un sujet encore tabou dans la société malgré les efforts qui ont été faits. Le film aborde de façon documentée et avec beaucoup de tact cette douloureuse question, en se focalisant moins sur les parents de Simon que sur la chaîne humaine qui s’anime dès la décision prise. Tous les personnages sont des maillons, qui, sans nécessairement se connaitre, sont animés par une même impulsion : la transmission de nôtre bien le plus intime, le corps humain.

Emmanuelle Seigner et Kool Shen

Un souffle. C’est par cette démonstration douce et vitale que s’ouvre un film qui jamais ne sera dans l’excès dramatique, préférant au contraire une certaine épure que la réalisatrice, comme dans ses films précédents, maîtrise bien. On ne saura que peu de choses de Simon (Gabin Verdet) mais les bribes mises en scène suffisent à donner une consistance à ce corps suspendu à une décision parentale.

Une seule séquence permet ainsi d’instaurer la relation amoureuse entre le jeune homme et Juliette : l’action (la montée en vélo en parallèle du téléphérique) se substitue à la parole et l’image est d’autant plus porteuse de sens. Simon est en mouvement et l’idée de la transition passe par une verticalité (il saute par la fenêtre, monte sur sa planche de surf, chevauche son vélo) qui devient horizontale (son corps inerte sur un lit d’hôpital). Il y a basculement vers la mort pour les uns (parents éplorés) et émergence de vie pour les autres (les médecins), sous une autre forme. C’est Tahar Rahim qui joue ce rôle de passeur, chargé d’accompagner les parents de Simon dans l’idée d’un transfert d’organes.

Position délicate, jouée avec beaucoup d’empathie par l’acteur. Emmanuelle Seigner et Kool Shen (qui nous avait laissé un très bon souvenir dans "Abus de faiblesse") sont ces parents en proie à la douleur et la cinéaste filme leur souffrance avec la délicatesse qui la caractérise. Là encore, elle choisit la pure expression visuelle pour signifier le désarroi dans une séquence à la sobriété bienvenue (celle dans l’atelier du père) où les gestes mécaniques de la vie permettent la survie. Car l’absence de ces mouvements habituels pointe au contraire la défaillance. Tel est le cas de Claire, à l’autre bout de la chaine, sur liste d’attente pour une transplantation cardiaque et pour qui même monter un escalier devient un supplice. Une autre histoire se donne à voir autour d’un même lien.

"Pas ses yeux"

La musique participe d’ailleurs de cette liaison à travers un morceau de piano à la fois léger et reconnaissable qui revient ponctuellement, comme un trait d’union, sous la houlette de l’incontournable Alexandre Desplat (récemment oscarisé pour la bande-originale de "The Grand Budapest Hotel"). C’est la lumineuse québécoise Anne Dorval et actrice fétiche de Xavier Dolan qui interprète cette mère de deux garçons au bord de la mort.

Le film pivote pour mieux cerner son sujet, une autre existence, une équipe médicale différente, un enjeu inversé (l’opération serait la fin effective de Simon d’un côté alors qu’elle serait un renouveau concret pour Claire) mais une volonté constante de faire des étapes du don d’organes une aventure humaine à la fois émouvante et impressionnante.

Car "Réparer les vivants" n’édulcore en rien l’épreuve que peut représenter ce choix pour des parents (une simple phrase prononcée par la mère de Simon : "Pas ses yeux", fige le spectateur) ni l’acte chirurgical qui en est la finalité.

Katell Quillévéré opte pour un filmage frontal. À la vérité des sentiments répond la réalité de l’opération avec toujours cette prévenance pour des personnages qui, à des degrés divers, prennent part à la mission. Les cinéastes français apprécient la démarche du film choral (Alain Resnais, Cédric Klapisch ou encore Claude Lelouch l’ont bien montré) et le film, qui en suit donc le principe, fait la part belle à une galerie de personnages dévoués.

De l’infirmière en quête d’amour, au chargé du transfert, en passant par le coordinateur qui tient sa promesse, tous font preuve d’une urgence réconfortante dans un film qui réussit l’osmose entre l’émotionnel et le clinique.

mm
Élevé au bon grain par des films vus au cinéma comme Le Silence des Agneaux, Jurassic Park, Forrest Gump, La Liste de Schindler, Pulp Fiction ou Les Évadés. Depuis, je n’ai plus quitté la basse-cour !

Derniers articles