Démarrage fulgurant pour le long-métrage Marvel Studios réalisé par James Gunn. Avec 146,5 millions de dollars de recettes pour son premier week-end d’exploitation, détrônant Fast And Furious 8.

Les Gardiens de la Galaxie ont bien rempli leur deuxième mission de conquête du box-office nord-américain. Lors de son premier week-end d’exploitation, le long-métrage de James Gunn réalise 146,5 millions de dollars de recettes, dans le sillage d’un démarrage international fulgurant.

Pour la bande de Star-Lord, interprété par Chris Pratt, c’est 54% de mieux que les 94,3 millions du premier opus sorti en août 2014 pour ses trois premiers jours, qui avait pris l’industrie par surprise. C’est aussi près de 80% des recettes engrangées ce week-end par les douze premiers films du box-office, selon les chiffres définitifs de la société spécialisée Exhibitor Relations publiés lundi 8 mai.

À l’international, l’équipe d’aventuriers de l’espace menée par Chris Pratt a rapporté 106 millions de dollars depuis sa sortie au fil de la semaine dernière, selon BoxOfficeMojo. Les Gardiens ont détrôné Fast and Furious 8, qui arrive plusieurs années-lumière derrière avec seulement 8,6 millions de dollars encaissés en trois jours. En quatre semaines, ce huitième épisode de la célèbre saga a rapporté plus d’un milliard de dollars dans le monde, pour un budget estimé à 250 millions.

Loin devant la concurrence

Le film d’animation du studio Dreamworks, Baby Boss, se place en troisième position – un cran de mieux que le week-end précédent -, avec 6 millions de dollars en trois jours et 156,5 millions en six semaines. La quatrième place revient à la comédie de Ken Marino, How to be a latin lover, avec notamment Salma Hayek, Kristen Bell et Rob Lowe. Elle perd deux places en une semaine, avec des ventes de billets de 5,1 millions de dollars pour un total de 20,5 millions en deux semaines.

Huit semaines après sa sortie, La Belle et la Bête continue d’engranger des bénéfices avec 5 millions de dollars de plus ce week-end et 487,7 millions au total en Amérique du Nord.

mm
Le cinéma est pour moi autant une évasion vers l’extérieur, vers le monde d’hier et de demain, qu’un repli vers l’intérieur, vers ces rêveries intimes et profondes qui façonnent notre moi.

Derniers articles